WOMEN EMPOWERMENT .

Inspiration .

L'autonomisation des femmes .

By Isabel dos Santos .

Je veux être ingénieure, c'est possible ?

L’univers de la science, de la technologie et de l’ingénierie a besoin de plus d’affirmation féminine. À une période de grands progrès technologiques, juste 28% des chercheurs dans le monde entier sont des femmes. Il y a beaucoup d’opportunités dans ces domaines et les femmes ne peuvent pas perdre ce voyage.

Sciences naturelles, ingénierie, technologie ou mathématiques, ce sont des domaines traditionnellement masculins ou, du moins, on pense ainsi. Le monde est encore plein de préjugés sur la carrière que les femmes peuvent ou ne peuvent pas suivre. Les comptes, on nous dit, sont des choses d’homme. Les lettres, des choses de femmes. Depuis très top, les filles sont confrontées par ces affirmations, au sein de la famille même, auprès des amis ou à l’école, finissant par affecter leur auto-confiance et leur propre choix.

Ces stéréotypes laissent des marques profondes dans l’éducation des femmes du monde entier. L’Angola n’est pas une exception : ici, il n’y a que 7% de filles inscrites à l’enseignement supérieur qui optent pour des cours dans les domaines de l’ingénierie, des technologies, des sciences naturelles ou des mathématiques. Du côté des garçons, il y en a trois fois plus qui suivent ces formations, nous dit le Global Gender Report 2017.

Il n’y a aucun facteur d’ordre biologique justifiant cette différence entre hommes et femmes, alertent les différentes études. Les causes semblent être dans le contexte social, dans l’environnement familial et dans l’enseignement. Étant ingénieure de formation, il est difficile de constater qu’autant de jeunes laissent tomber leur rêve parce qu’elles pensent que ce n’est pas ce qu’on attend d’elles. Parce qu’elles ont le sentiment que leur rôle en société est différent.

Nous pouvons tous commencer à changer les mentalités. Avant tout chez nous, dans notre communauté. Nous savons que les filles sont particulièrement influencées par leurs mères, par conséquent, nous avons le pouvoir de bousculer des stéréotypes de genre, d’encourager nos filles à suivre des formations plus “ difficiles ”, parce qu’elles peuvent tout réussir. Dire aux professeurs de croire aux capacités des filles de la même façon qu’ils croient aux garçons, essayant d’être une influence positive et mettant à leur disposition des connaissances pratiques sur des matières scientifiques.

Une société inclusive et avancée demande l’apport de tous. En plus, les grandes opportunités à venir se trouvent justement dans le domaine du développement technologique et les femmes doivent faire partie de cette transformation. Elles ne peuvent pas rester en dehors du progrès. Le progrès est une histoire qui doit être écrite par tout le monde, hommes et femmes.