Talks .

Les Défis de l’Avenir .

By Isabel dos Santos .

La fenêtre de l'Afrique sur le monde

En tant qu’Africaine, ce fut un grand plaisir d’être de retour au Cap-Vert et de voir son évolution. Dans le cadre de la conférence «Cap-Vert: Défis de l’Avenir», organisée par l’Agence de Presse Portugaise Lusa le 11 octobre 2019 à Praia, au Cap-Vert, j’ai partagé ma vision en tant que femme d’affaires africaine pour l’avenir du Cap-Vert et de l’Afrique.

Avec le bon investissement et un environnement propice à la croissance économique, le paysage du Cap-Vert a beaucoup changé en 10 ans. Il y a maintenant de nouveaux restaurants, de nouveaux hôtels, de nouveaux services et des entreprises où il n’en existait pas. Ce changement positif est une preuve de confiance dans l’avenir du Cap-Vert et dans son développement.

Tel était précisément le thème de la conférence qui réunissait dans un auditorium des membres du gouvernement du Cap-Vert, des membres des ambassades, des hommes d’affaires, des entrepreneurs, des gestionnaires, des journalistes, des étudiants et des enseignants. L’avenir. Nous nous rassemblons tous pour l’avenir. Je crois qu’il est important d’avoir un plan et une vision pour l’avenir. Il est essentiel que cette vision soit claire, avec des plans inclusifs de 10 à 15 ans, impliquant à la fois le secteur privé et les différentes institutions.

L’Afrique grandit

En Afrique, nous sommes face à une croissance démographique qui fait de nous le continent avec le plus grand nombre de jeunes. C’est un défi, mais c’est aussi une opportunité. D’une part, le potentiel humain dont nous disposons est immense, de l’autre, nous devons investir et créer des opportunités pour que ces jeunes se développent et assurent l’avenir durable de notre continent.

Le Cap-Vert est la fenêtre de l’Afrique sur le monde

Le Cap-Vert réunit toutes les conditions pour devenir un lieu universitaire où les jeunes Africains peuvent développer leur éducation et créer de nouveaux talents. Par exemple, nous, Unitel T+, sommes présents au Cap-Vert depuis plusieurs années et je peux dire aujourd’hui que nous avons des talents Capverdiens valables partout dans le monde. Nous avons déjà investi plus de 100 millions de dollars américains dans ce pays et, aujourd’hui, nous comptons plus de 3 000 Capverdiens parmi les travailleurs directs et indirects.

Je pense qu’aujourd’hui, sur le plan géographique, le Cap-Vert est déjà la fenêtre du monde sur l’Afrique et que, sans aucun doute, avec un plan stratégique, il peut devenir la porte d’entrée de l’Afrique vers le reste du monde.